L’histoire du Hanbok, dernière partie

7 décembre 2014
Album, Histoire, Loisir, Mode

Pour ce troisième et dernier article sur le Hanbok, je vous présente ici plusieurs styles de vestes portées par la noblesse et par la famille royale sous Joseon.

DURUMAGI – MAGOJA 

Noble sous Joseon portant un Durumagi

Noble sous Joseon portant un Durumagi

L’origine des Durumagi et Magoja sont Mandchous. Le Durumagi est une longue veste et le Magoja est une veste plus courte (jusqu’aux hanches), tous deux portés à la base par les fonctionnaires royaux. Le Durumagi a été porté pour la première fois au Goguryeo puisque ce territoire englobait l’actuelle Corée du Nord et une partie de la Chine du nord-est. Après la réforme Gabo sous Gojong au 19è siècle, le Durumagi et le Magoja furent introduits auprès de la population et furent donc portés par autant de femmes que d’hommes. A l’instar du Magoja, le Durumagi était porté par les hommes et les femmes avec la particularité d’avoir un ruban originaire de Mongolie (Goreum) tandis que le Magoja n’en avait pas. Ces deux vestes étaient portées juste au-dessus du Jeogeori pendant l’hiver. 

DOPO – CHANGOT – HAKCHANGUI: VIE ESTUDIANTINE ET VIE POLITIQUE 

Etudiant Yangban sous Joseon portant un Hakchangui

Etudiant Yangban sous Joseon portant un Hakchangui

Les étudiants ainsi que les gouverneurs des villes issus de la haute noblesse (classe Yangban) sous Joseon portaient ces différents styles de vestes:


- Le Dopo: une longue veste qui descendait jusqu’au pied généralement de teinte blanche
- Hakchangui: une veste plus légère portée par les étudiants de la classe Yangban
- Simui: une veste presque identique au Hakchangui mais uniquement portée pendant les vacances par les étudiants.

Lors du passage du Gwageo (examen civil de l’Etat), ils portaient un Aengsam. Il s’agit d’une longue veste de couleur jaune. Le plus brilliant des étudiants recevait de la main de l’empereur un Aengsam vert, en signe de prestige et d’honneur. De plus, il recevait un chapeau couvert de fleurs appelé Aisahwa. Cependant, les nobles de la basse noblesse (classe Byeolgam) sous Joseon portaient ces différents styles de vestes apparus sous Goryeo:

 

Un Jigyeongpo de la basse classe Byeolgam

Un Jigyeongpo de la basse classe Byeolgam

- Dallyeong: une veste
- Jignyeongpo: une longue veste
- Cheonmi: un manteau plissé

 

Changot porté sous Joseon par la classe féminine

Changot porté sous Joseon par la classe féminine

Les femmes de la noblesse de Joseon portaient aussi un Changot, c’est-à-dire, une longue veste chaude avec capuche qui recouvrait donc la tête pour contrer le froid mais aussi pour se cacher du public.

HONGRYONGPO – HWALOT/WONSAM : LES CEREMONIES ROYALES DE MARIAGE 

Hongryongpo porté par le roi sous Joseon lors de son mariage

Hongryongpo porté par le roi sous Joseon lors de son mariage

Le mariage représentait le moment le plus important dans la vie d’une personne. Chez les nobles de haut rang sous Joseon, les futurs époux pouvaient porter des habits colorés suivant les règles émises par la cour royale. La cour les autorisait également à porter des chapeaux et des coiffes pour cette occasion. Les femmes portaient un Hwalot sous Goryeo et un Wonsam sous Joseon. Ces deux grands manteaux rouges étaient uniquement destinés à la famille royale sous Goryeo et coûtaient très cher. Sous Joseon, il fut remplacé par le Wonsam, un manteau identique, de moindre coût. C’est alors que le Hwalot fut autorisé à être porté par tous les futurs mariés. Les femmes portaient des Jokduri ou des hwagwan (petites coiffes multicolores) avec un Binyeo (une broche courte) ou un Yongjam (une broche longue) ainsi que des daenggi (bandes brodées attachées aux deux extrémités des Yongjam/Binyeo). 

HWALOT – SAMOGWANDAE: LES CEREMONIES ORDINAIRES DE MARIAGE 

Le Samogwandae et le Hwalot sous Joseon était généralisé pour les mariages des citoyens

Le Samogwandae et le Hwalot sous Joseon était généralisé pour les mariages des citoyens

De manière générale, l’homme ordinaire (basse/haute classe sociale) portait un Samogwandae lors de son mariage. Il était autorisé à le porter même si son niveau de classe était bas. En-dessous, il portait un Baji et un Jeogori. Ce qui formait le Samogwandae était aussi le Dalryeongpo, une grande veste généralement de couleur bleu/mauve ou marron sur laquelle était fixée un Hyungbae (image d’une ou deux grues blanches) lui-même à hauteur de la poitrine de l’homme. Le Hyungbae était maintenu par une ceinture dénommée Gakdae. Enfin, l’homme portait un Ikseongwan, un grand chapeau noir dont les deux côtés latéraux étaient en forme d’ailes ainsi que d’une paire de bottes appelées Mokhwa. Le souverain, quant à lui, portait un Hongryongpo de teinte rouge. Sur tout ces vêtements, la distinction des classes sociales se faisait par la couleur et par les éléments qui étaient brodés sur le tissu (animaux réels et mythiques, fleurs,…).

CHEOLLIK – YONGBOK/GUNBOK – JEONBOK: LES CEREMONIES MILITAIRES 

Officier militaire sous Joseon. A gauche: Gunbok. A droite: Cheollik

Officier militaire sous Joseon. A gauche: Gunbok. A droite: Cheollik

Le Cheollik est une tunique importée de Chine par les Yuan au 13è siècle (Mongols). Le Cheollik ne forme qu’une seule pièce de vêtement et a surtout été portée par les cavaliers et les archers de Goryeo pour faciliter leurs mouvements au combat. Sous Joseon, le roi et les officiers continuaient de le porter pour leurs entrainements militaires et portaient ensuire leurs armures au-dessus. Il semblerait que les manches du Cheollik soient détachables, ce qui permettait aux troupes de s’en servir comme bandeau pour soigner leurs blessures. Le Yongbok et le Gunbok sont deux vestes portées par les officiers militaires sous Joseon. Par exemple, un Gunbok de teinte bleue pouvait signifier qu’un officier de bas rang le portait tandis qu’un Gunbok de teinte rouge signifiait qu’un officier de haut rang le portait. A partir du 19è siècle, une police fut créée sous Gojong, pour maintenir l’ordre dans les palais. Ces policiers militaires portaient un Dongdari, une longue veste jaune et rouge, sur laquelle ils portaient un long gilet noir ou brun dénommé Jeonbok. Les officiers de haut rang de la police militaire portaient un chapeau rond dénommé Jeonrib. 

HEONGWANBOK – JEBOK: LES CEREMONIES ROYALES SACRIFICIELLES 

Heongwanbok était porté par les fonctionnaires du palais pratiquant les rites sacrificiels

Heongwanbok était porté par les fonctionnaires du palais pratiquant les rites sacrificiels

Lors des sacrifices (Jesa) sous Joseon, les fonctionnaires religieux portaient une longe robe noire dénommée Heongwanbok et un chapeau dénommé Yanggwan tandis que le roi portait le Jebok. Cependant, un Jebok peut aussi être généralisé pour désigner les vêtements portés par les services de sécurité du pays (police, milice et armée).

MYEONGBOK – DAERYEBOK : LES CEREMONIES ROYALES RELIGIEUSES 

Myeongbok porté par le roi et Daeryebok porté par la reine lors de cérémonies religieuses

Myeongbok porté par le roi et Daeryebok porté par la reine lors de cérémonies religieuses

Lors des cérémonies religieuses sous Goryeo et Joseon, le roi portait ce qu’on appelle le Myeongbok tandis que la reine portait le Jeokui (Daeryebok), tous deux originaires de la Chine des Tang et Ming. Un Myeongbok était formé de deux parties; l’une, le chapeau, dénommé Myeongryugwan et l’autre, la tunique noire, dénommée Gujangbok. Le Daeryebok était une longue robe qui ressemblait à un Hwalot et à un Wonsam mais généralement de teintes rouges et noires sous Joseon (bleue et rouge sous l’Empire Coréen). Le Daeryebok était formé d’une coiffe faite de cheveux humains dénommé Daesu et d’une veste dénommée Jeokui. Sur le Jeokui, on pouvait voir deux grandes bandes généralement noires sur toute la longueur du Jeokui et dénommées Hapi. Le Daesu était formé d’un élément frontal à la base de la coiffe dénommé Meori Kkochi, d’une broche traversant la coiffe dénommée Binyeo ainsi que de plusieurs décorations circulaires dénommées Jangsik Binyeo, Ok Binyeo mais encore Teol Binyeo. Il arrivait parfois que la reine porte également le Daeryebok lors d’autres grandes cérémonies importantes, et ce, même, hors contexte religieux. 

 

Thomas

 

Sources photos:

snu.ac.kr
www.kook-hyang.com

Leave a Reply