La Corée de K à H ” visite de la nouvelle présidente coréenne en Chine” par Stephane Tampigny

coree de k a h

Après un large détour sur la culture coréenne, aujourd’hui nous faisons un petit retour à la vocation de cette rubrique : la traduction d’actualités.

Nous avons aujourd’hui affaire à un diplomate américain reconnu qui donne son avis sur la visite de la nouvelle présidente coréenne en Chine. Plusieurs choses sont discutables (selon moi  ).

La première qui est intéressante est sa vision de la présidente qui est à des années lumières que ce que vous dira la majorité des « jeunes coréens » (il semble plutôt accepté de dire que les principales voix pour le vote de Park GeunHye sont des plus anciennes générations). Ici elle est plutôt décrite comme ayant une très mauvaise politique et n’étant au pouvoir que comme descendante de son père (en tous cas c’est le retour majoritaire que j’entends…).
Ensuite parler du modèle coréen comme guide pour la Chine me parait complètement hors de propos ; parle-t-il du passage du totalitarisme à la démocratie ? De la politique libérale héritée des USA ? Toujours est-il que la Corée ne peut pas être un guide tant le contexte est différent ; d’ailleurs la chine est déjà très capitaliste et comprend bien les mécanismes libéraux. Discuter de la démocratie en Chine n’est pas non plus aisée (surtout en citant le père de Park GeunHye et son implication dans l’armée japonaise ?).
La source est aussi un site très engagée qui est fier de son ton incisif donc à lire avec du recul.
Le fond de l’article me semble tout de même intéressant car la Corée est un partenaire déjà important de la Chine sur le plan technologique et l’évolution de leur relation sur d’autres plans participera activement au futur de la Corée.

http://www.project-syndicate.org/commentary/south-korean-president-park-geun-hye-goes-to-china-by-christopher-r–hill

Sud de la Chine le futur de la Corée

Les soi-disant pourparlers à six – mécanisme international par lequel les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la Corée du Sud et le Japon négocient avec la Corée du Nord sur ses aspirations nucléaires – sont souvent cités comme un exemple de diplomatie multilatérale. En fait, les négociations ont servi de plateforme pour aborder une série de questions qui vont bien au-delà du problème nucléaire nord-coréen, dans le processus verrouillant, entretenant, les relations bilatérales dans la région.

Pour les Chinois, en particulier, les rencontres ont été l’occasion de faire connaissance avec certains de leurs voisins – et elles ont certainement contribué aux relations sino-américaines. Mais peut-être que la relation bilatérale clé qui a été renforcée par le mécanisme des pourparlers à six est celui entre la Chine et la Corée du Sud. Ce sera visible à la fin Juin, lorsque la nouvelle présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, visitera Beijing pour rencontrer le nouveau président chinois, Xi Jinping.
La Chine et la Corée du Sud ne doivent plus être présentées, bien sûr – tel est le poids de l’histoire dans la région. Mais leur relation est sur le point de changer, en partie grâce aux modèles de coopération officielle que les pourparlers à six ont créés.
Si les Chinois ont du succès en prenant de la distance avec la Corée du Nord, ils doivent se placer quelque part. Et ce lieu est la Corée du Sud. Après tout, la Chine a besoin d’une relation durable avec la péninsule coréenne voisine.
La relation bilatérale s’est améliorée au cours des dernières décennies, en raison de l’exploration active du marché chinois par les grands conglomérats industriels de la Corée du Sud. Aujourd’hui, leur commerce bilatéral dépasse de loin celui entre la Chine et la Corée du Nord. Pourtant, la relation a toujours eu une dynamique politique limitée. Compte tenu des liens étroits entre la Chine et le Nord, ses dirigeants n’ont jamais accueilli des gouvernements démocratiquement élus de la Corée du Sud, qu’ils soient de gauche ou de droite.
Mais la Chine est sur le point de découvrir quelque chose de nouveau: la force douce de la Corée du Sud, personnifiée par Park, qui représente une coalition de centre-droit, mais défie les étiquettes politiques habituelles. En effet, elle a été élue avec un curieux mélange de soutien: les bailleurs de droite de son père, Park Chung-hee, qui dirigea le pays d’une main de fer de 1961 à 1979, et de nombreux autres Coréens, dont certains de gauche, qui voulaient quelqu’un de différent des costumes bleus et chemises blanches des politiciens coréens.
Park est ferme sur la sécurité nationale, mais prend de nouvelles dispositions avec une combinaison rafraîchissante d’énergie intellectuelle et calme personnel. Elle écoute attentivement et fait une pause avant de répondre. Par ailleurs, la rumeur veut qu’elle envisage de prononcer son discours à Beijing en mandarin. Une telle performance est susceptible de résonner non seulement avec les dirigeants chinois, mais aussi avec les citoyens ordinaires.
La puissance douce de la Corée du Sud est bien méritée et s’étend à travers l’Asie. Ses réalisations culturelles et scientifiques sont de plus en plus influentes dans le monde entier. Même lorsque ses relations avec le Japon sont difficiles, les touristes japonais affluent vers Séoul pour visiter les studios qui produisent, avec un succès extraordinaire, les dramas de télévision du pays. La visite de Park en Chine donnera à la puissance douce de son pays un visage humain.
Pas de nouvel accord ou d’autre percée diplomatique ne risque d’être annoncée lors de sa visite. Les Chinois vont regarder attentivement, et pourrait la choisir si son voisin immédiat, la Corée du Nord, persistait dans sa direction actuelle d’isolement total et d’oubli.
Les Chinois savent que Park valorise sa relation avec les États-Unis, mais ils comprennent aussi qu’elle, comme les dirigeants sud-coréens les plus matures, désire une relation solide avec la Chine ainsi – une basée (contrairement aux siècles passés) sur le respect mutuel. Les dirigeants chinois seront également intéressés par sa réflexion sur le Japon, en particulier étant donné les inclinations de son père, qui a servi comme officier dans l’armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.
La visite de Park en Chine arrive à un moment où les nouveaux dirigeants chinois sont confrontés à des problèmes proches et lointains. Son écartement hésitant de la Corée du Nord, cependant perceptible, ne devrait pas être considéré comme un fait accompli, ni ne devrait être expliqué comme le résultat d’une frustration momentanée avec le comportement d’adolescent de Kim Jong-un, le jeune leader de la Corée du Nord.
Au fil des siècles, les Chinois ont appris une chose ou deux sur le moment où la fin de la dynastie est proche. La Chine, elle aussi, se développe d’une manière qu’il sera beaucoup plus facile d’évaluer rétrospectivement que ce qu’ils sont aujourd’hui. Et, si le passé récent de la Corée du Sud peut être un guide, la transformation économique de la Chine est susceptible d’être suivie par des changements politiques et sociaux de proportions spectaculaires.
Ainsi, comment les Chinois reçoivent Park peut s’avérer moins un reflet du changement en Corée du Sud que le reflet de changements dans la République populaire – une question qui est au cœur de l’identité et de la mission dans le monde moderne de la Chine.

Leave a Reply