LA CARTE MÉMOIRE N°8 D’OLIVIER MONTIÈGE

29 mai 2013
by cni
Arts, Photographie

1

« En tant que français, j’éprouve toujours une certaine surprise face à la touchante naïveté que l’on constate à de nombreux niveaux à Séoul : architectures, décorations, détails, accessoires qui, au premier abord nous étonnent. Mais peut-être sommes-nous devenus trop cyniques du côté de la vieille Europe ? Il faut en reconnaître le charme aussi et c’est plutôt agréable… de laisser son cynisme de côté et de sourire à la vue de toutes ces petites choses qui peuvent égayer de façon légère le quotidien. »

2 Comment(s)

  1. 29 mai 2013 à 11:39

    Comment ça peut s’expliquer en terme de sociologie ? Peut-être un phénomène regressif induit par la peur de l’entrée dans le monde adulte et toutes les responsabilités que ça implique mais il y a sûrement d’autres explications…

  2. 29 mai 2013 à 12:12

    Pourquoi les termes “régression” et “peur”? Les choses féériques ou qui font sourire ne sont elles que pour les enfants? L’adulte est voué à être triste et aigri?

Leave a Reply