Jeudi Movie 5 par Yann Kerloch

2 mai 2013
Arts, Cinéma

jeudi classic movie

Rien en salles, voyons un classique !

 

L’offre des films coréens en salles est très pauvre ces derniers temps,  alors je vous propose totalement autre chose, un vieux classique du cinéma coréen que l’on peut voir en ligne, sur Youtube, gratuitement et officiellement. L’occasion de rappeler que la Korean Film Archive a ainsi mis en ligne 400 films coréens, certains étant de grands chef d’œuvres projetés dans les cinémathèques du monde entier.

http://www.youtube.com/KoreanFilm

Evidemment il n’est pas facile de faire le tri. J’essaierai d’en mettre en avant certains, les jours comme aujourd’hui où les sorties en salles ne sont pas intéressantes. Demandez moi par ailleurs pour tout conseil.

Le film que je vous propose, Première pluie/Early Rain (초우),  n’est pas très connu, mais il est très beau et je l’ai choisi parce qu’il a des liens avec la France. C’est un film de 1966 très typique des films asiatiques de l’époque, avec son côté mignon et suranné. Il raconte une idylle entre une servante de l’ambassade de France et un réparateur de voitures. La servante a un jour l’occasion de porter un imperméable français et est toute excitée d’avoir ainsi un symbole de luxe « parisien ». Elle sort dans un bar jazz et rencontre un homme qui a l’air riche, parce qu’il a pris de l’argent à une amante et se prétend patron d’entreprise. Comme la servante porte un si bel imper, il croit qu’elle est riche, alors elle dit être la fille de l’ambassadeur. Par la suite, elle est enchantée du moindre jour de pluie et demande à ce qu’ils se rencontrent uniquement les jours de pluie, pour qu’elle puisse mettre son imper et maintenir l’illusion. Idée de scénario géniale et tellement mignonne.

Le film dépeint alors cet amour de deux pauvres qui se veulent riches, un amour sur des bases fausses, qui devient vite triste. La pluie joyeuse devient une pluie mélancolique, la pluie de printemps, devenue pluie d’été, se termine en pluie d’automne. Mais la fin est assez surprenante. Les films coréens de l’époque étant généralement soit 100% mélos soit 100% joyeux, celui-ci sauve ses deux personnages de la fatalité.  Le film devient de plus en plus beau, jusqu’à finir avec des séquences très poétiques.

Le côté français est un prétexte, on ne voit même pas un seul français de tout le film, mais plusieurs éléments donnent l’idée que la France est un pays du luxe, des riches, et aussi du romantisme, du beau langage amoureux, des clichés encore très forts aujourd’hui. Outre l’histoire adorable de l’imper, plusieurs moment sont très métaphoriques sur le rapport à la France : l’ambassade est filmée comme un palace idyllique du point de vue de la femme, mais comme une tour d’ivoire inaccessible, entourée de barbelés, pour l’homme. L’homme essaie aussi de parler français (il répète devant la glace) pour connaître le « langage amoureux ».

Le film étant meilleur au fur à mesure qu’il avance, ne soyez pas rebutés par le côté frustre de la mise en scène (le son est très pauvre, par exemple) ou le jeu un peu niais de l’actrice principale Moon Hee. L’acteur, Shin Seongil, est à l’inverse d’une grande sobriété. Ces deux acteurs sont des emblèmes des années 70. Avec Yun Jeong-hee, l’actrice de Poetry, ils formaient un trio des acteurs les plus populaires de Corée.

 

Early Rain sur You tube http://www.youtube.com/movie?v=8dYDzZbucL8

In english, a friend’s blog who made me discover the film : http://www.modernkoreancinema.com/2013/04/an-early-korean-youth-film-early-rain.html

Leave a Reply