Interview: Murphy du groupe Aliife

20 juin 2016
Arts, Interviews, Musique

image

« Aliife », ça vous dit quelque chose ? Comme nous, vous avez peut-être entendu parler d’eux sur les réseaux sociaux ou alors vous être tombé par hasard sur le clip de ce groupe de musique français aux influences K-Pop. L’équipe d’Inside Corea a voulu en savoir plus et le hasard a voulu qu’un membre d’Aliife soit justement de passage à Séoul. Nous avons donc pu rencontrer Murphy à Séoul le temps d’un café pour en apprendre davantage. Avec son look d’idol et ses cheveux décolorés, Murphy ne passe pas inaperçu. Murphy a des origines chinoises et laotiennes mais à Séoul, on le prend pour un coréen. Il ne s’en émeut pas pour autant.

Il reprend l’avion pour la France le lendemain mais il a quand même pris du temps pour nous…

Q : Bonjour Murphy et bienvenue à Séoul. Nous avons découvert le groupe Aliife très récemment, peux-tu nous en dire plus sur les origines du groupe ?

R : Aliife s’est créé en 2010 sous le label Hope Nation. Au départ, chaque membre du groupe avait signé individuellement avec le label. Nous avons finalement décidé de tenter une aventure collective après nous être découvert des goûts musicaux communs. En particulier, nous sommes tous les quatre intéressés par la musique K-Pop. C’est donc en s’inspirant de certains codes de la musique K-Pop que nous avons commencé à écrire nos premiers morceaux. Aujourd’hui, nous venons de sortir notre 3ème single : « TLM ».

Q : Pouvez-vous nous dire comment vous avez découvert la K-Pop et en quoi elle influence votre démarche artistique ?

R : Personnellement, j’ai découvert la K-Pop en 2009 avec G-Dragon et son single Heartbreaker. Puis j’ai découvert Big bang et j’ai été séduit par leur créativité. Ils ont développé un style assez unique dans le monde de la K-Pop, avec un vrai sens de la mise en scène. G-Dragon écrit aussi lui- même ses chansons.

Pour le clip vidéo de notre dernier single, nous avons essayé de nous inspirer de la scénographie des clips de K-Pop, en racontant une histoire et en soignant les effets de lumière par exemple. Nous avons aussi ajouté quelques pas de chorégraphie pour dynamiser l’ensemble.

image

Q : Le groupe Aliife est venu en Corée en février 2016. C’était d’ailleurs votre première fois en Corée. Pouvez-vous nous dire si vous avez des projets prévus en Corée ?

R : Dans l’immédiat, nous allons nous concentrer sur le marché français. Nous avons la chance de travailler avec Skalpovich qui a par exemple collaboré avec Indila en France récemment. Nous travaillons également avec Universal et c’est ainsi que nous avons eu la chance de rencontrer des producteurs de YG en Corée. Il ne s’agit pour l’instant que de contacts. Une éventuelle collaboration n’est pas encore à l’ordre du jour. Notre priorité pour l’instant reste la sortie d’un album et la diffusion de notre musique dans les médias français. Notre clip passe tous les jours sur D17 et nous espérons le diffuser encore plus largement.

Q : Est-ce que vous assumez cette étiquette de « groupe de k-pop français » ?

R : Nous ne cherchons pas à faire de la k-pop. Il ne s’agit que d’une influence musicale parmi d’autres. Nous chantons en français et nous sommes un groupe mixte, ce qui nous distingue déjà d’un groupe de k-pop classique. Nous empruntons certains codes des groupes de k-pop parce que nous aimons leur style mais nous essayons autant que possible d’affirmer notre propre identité. Par exemple, nous écrivons nous-mêmes les textes de nos chansons, ainsi que les mélodies.

Q : As-tu un rôle particulier au sein du groupe Aliife ?
R : Je suis un peu le styliste du groupe puisque je choisis les tenues. Mes camarades me font totalement confiance et me laissent carte blanche. J’aimerais d’ailleurs oser davantage dans ce domaine et développer un visuel encore plus percutant. Au départ, j’étais aussi plutôt le danseur du groupe et c’est un point sur lequel j’entends bien travailler encore davantage.

Q : Ton look est très proche des « k-pop stars » en Corée. As-tu jamais songé à venir tenter ta chance en Corée pour devenir une « idol » ?

R : Bien sûr que j’y ai pensé. Mais cela représentait un trop gros défi. J’habitais à Lyon et je venais de commencer l’aventure avec le groupe Aliife. Il n’était donc pas question d’abandonner ce projet pour me lancer dans l’inconnu vers un pays que je ne connaissais pas. Quitter Lyon pour m’installer à Paris fut déjà suffisamment compliqué à gérer. Heureusement, j’ai pu compter sur le soutien de ma famille.

image

Q : Quel accueil vous réserve les fans français de K-Pop ?

R : Nous avons de très bons contacts avec la communauté française des fans de k-pop. Ils nous suivent sur les réseaux sociaux et nous envoient beaucoup de messages d’encouragements. Nous sommes très heureux de nous sentir ainsi soutenus. Bien sûr nous avons aussi des « anti-fans » mais cela fait partie du jeu et il faut savoir prendre du recul et distinguer les attaques gratuites des critiques constructives.

Q : Le groupe Aliife a-t-il déjà fait de la scène ? Des événements sont-ils prévus ?

R : Nous avons hâte de pouvoir nous produire sur une scène, mais il nous reste encore à travailler un peu pour être prêt. Il est prévu que nous participions au Korea Day à Lyon le 26 Juin. Mais il n’est pas possible d’être sur scène donc nous serons en acoustique.

Interview : Jérémy Comtet

Credit photos : Stephane Pironon

Facebook officiel : https://www.facebook.com/AliifeWorld

 

Leave a Reply