Histoire: l’artillerie coréenne

8 janvier 2017
Découvrir, Histoire

INTRODUCTION

Dans cet article, je vous présente l’histoire de l’artillerie coréenne. En effet, les coréens sont connus pour avoir inventé la première machine ‘lance-roquettes multiples’ sous Joseon et dénommée ‘Hwacha’. Cet engin était armé de longues flèches fines auxquelles les artilleurs raccordaient un tube remplit de poudre à canon. L’importance de sa précision résultait en une bonne répartition de poudre à incorporer dans le tube. Son allumage permettait de tirer en une fois 100 ou 200 de ces flèches dénommées ‘Singijeon’. Par ailleurs, d’autres canons furent créés sous Goryeo, et développés par la lignée Choe (famille de militaires ayant pris le pouvoir sous Goryeo aux 12è et 13è siècles). Il aura fallu attendre le 14è siècle pour que le scientifique Choe Museon importe la poudre à canon de Chine avant de la fabriquer lui-même en Corée. C’est ainsi qu’il permit le développement de l’artillerie qui fut, tout d’abord, utilisée sur terre par les commandants coréens et ensuite sur mer.

Choe Museon. Source photo: http://blog.daum.net/_blog/BlogTypeView

Choe Museon. Source photo: http://blog.daum.net/_blog/BlogTypeView

scène de préparation de la poudre à canon et des Singijeon

scène de préparation de la poudre à canon et des Singijeon

POUDRE A CANON ET PREMIERS CANONS SOUS GORYEO

Comme lu ci-dessus, l’origine du développement de l’artillerie coréenne a été possible grâce à l’importation depuis la Chine de la poudre à canon. A cette époque, le développement des industries minières et la métallurgie atteignirent un essor considérable en Corée et c’est ainsi que Choe Museon décida de fabriquer lui-même la poudre à canon dans le laboratoire spécialement conçu pour son élaboration. Cette poudre était composée de 3 ingrédients qu’étaient le charbon (10%), le soufre (15%) et le nitrate de potassium (75%). Pour fonctionner, le mélange devait être homogène. Les 3 canons principalement créés sous Goryeo étaient: Le Daejanggunpo, le Samjanggunpo et le Sinpo. Outre le boulet, la munition “prototype” de la future roquette était le Juhwa (première invention qui a donné le Singijeon sous Joseon). Choe Museon a connu les 6 derniers rois de Goryeo avant de mourir en 1395.

Le Juhwa était le prototype de flèche qui a permis l’élaboration des Singijeon. Les Singijeon les plus longs atteignirent 1500m tandis que les Singijeon moyens et courts atteignirent 150-200m au maximum. Seuls, les Singijeon courts n’explosaient pas et faisaient fonction de flèche standard (comme du tir à l’arc à longue distance).

en haut, Juhwa développé sous Goryeo (prototype des Singijeon). En bas, un Singijeon.

en haut, Juhwa développé sous Goryeo (prototype des Singijeon). En bas, un Singijeon.

 

 

 

 

 

 

 

croquis d'un Juhwa utilisé sous Goryeo (documentaire ebs)

croquis d’un Juhwa utilisé sous Goryeo (documentaire ebs)

AMÉLIORATION DES CANONS SOUS JOSEON

L’artillerie coréenne sous Joseon a été développée à partir des plans de Goryeo grâce aux livres écrits par Choe Museon. En effet, les rois Taejong, Jeongjong et Taejo s’en sont servis afin de développer de nouveaux engins et de moderniser leurs armées, avec la participation de Choe Haesan, fils de Choe Museon. Les premiers prototypes créés fin 14è siècle avaient une portée maximale de 600m. Il s’agit des Cheonja Hwapo, Jija Hwapo, Hyeonja Hwapo et Hwangja Hwapo. Au 15è siècle, le roi Sejong a ordonné l’amélioration de ces canons et c’est ainsi que la distance maximale passa de 600m à 1000m.

La méthode Gyeongmok consistait à charger un canon Jija avec un bloc de bois, du papier et un Janggunjeon de 15kg.

La méthode Gyeongmok consistait à charger un canon Jija avec un bloc de bois, du papier et un Janggunjeon de 15kg.

Ces 4 canons furent renommés Janggun Hwatong, Il Hwatong, I Hwatong et Sam Hwatong. D’autres canons d’origines étrangères furent importés via le commerce avec la Chine. Au 16è siècle, ils furent de nouveau améliorés et furent renommés en Cheonja Chongtong, Jija Chongtong, Hyeonja Chongtong et Hwangja Chongtong. Le premier canon à main apparu à cette époque fut dénommé Seungja Chongtong et avait une portée maximale de 300m.

Canon à main Seungja Chongtong. En haut, le modèle court, en bas le modèle moyen et au centre le grand modèle. Source photo: www.ggcf.co.kr

Canon à main Seungja Chongtong. En haut, le modèle court, en bas le modèle moyen et au centre le grand modèle. Source photo: www.ggcf.co.kr

Ces 4 canons (sauf le Seungja) tiraient des boulets et des munitions spéciales en forme de grande flèche contenant de la poudre à canon. Il s’agit des Daejanggunjeon, Jangunjeon et Chadaejeon. Ceux-ci pouvaient atteindre une portée comprise entre 800m et 1500m sur terre.

Mon croquis des 4 canons Joseon du 16è siècle et leurs munitions respectifs

Mon croquis des 4 canons Joseon du 16è siècle et leurs munitions respectifs

reconstitution d'un chargement de canons par des artilleurs de Joseon. Source photo: http://historum.com/korean-navy-under-yi-sunshin.html

reconstitution d’un chargement de canons par des artilleurs de Joseon. Source photo: http://historum.com/korean-navy-under-yi-sunshin.html

L’ANCÊTRE DU LANCE-ROQUETTES

Le Hwacha fut spécialement conçu pour atteindre une distance maximale de 1500m et ainsi décimer un ensemble d’unités ennemies à pieds ou montées. Il consistait en un chariot à roues sur lequel on apposait un bloc de bois mobile formé de 100 ou 200 trous dans lesquels les flèches longues d’environ 1m étaient placées. Ces flèches étaient composées d’un tube placé à un endroit précis et contenant le mélange charbon, soufre et nitrate de potassium. Il semble que le Hwacha pouvait permuter en deux modes de combat. La première possibilité était de l’utiliser pour faire face à des vagues d’attaques par ligne et la seconde possibilité était le ciblage au centre de l’unité ennemie, qui faisait, relativement, des dégâts aux alentours du point d’impact avec le sol. Ces engins furent, pour la plupart, utilisés pendant la guerre de l’Imjin (1592-1598) et furent notamment d’une importance capitale dans la victoire du général Kwon Yul à la bataille d’Haengju en 1593, alors largement en sous-nombre. Ils furent également montés à bord des Panokseon et des Geobukseon, navires coréens de l’époque, cependant la manœuvre de ciblage en combat naval était bien plus compliquée quand la mer était déchaînée.

Singijeon Hwacha, plaque de 100 Singijeon. Source photo: www.endcyber.com

Singijeon Hwacha, plaque de 100 Singijeon. Source photo: www.endcyber.com

4 types de Singijeon. Partie haut: deux grands modèles dont le premier se plante au sol et explose et le second explose au contact (d'une armure par exemple). Partie bas: Moyen et petit modèle qui n'explosent pas (permet d'atteindre une distance plus longue). Source photo: mblog.daum.net

4 types de Singijeon. Partie haut: deux grands modèles dont le premier se plante au sol et explose et le second explose au contact (d’une armure par exemple). Partie bas: Moyen et petit modèle qui n’explosent pas (permet d’atteindre une distance plus longue). Source photo: mblog.daum.net

Sources: Mes notes personnelles + Traduction du livre ‘EBS 교육방송교재’, auteur 김대식

Sources photos:
hapiwing.egloos.com
www.culturecontent.com
www.ggcf.co.kr
www.hellodd.com

Leave a Reply