Histoire: le Gossaum et Pilbong Nongak

9 novembre 2016
Album, Histoire

Dans cet article, je vous présente le Gossaum et le Pilbong Nongak. Le Gossaum est une joute sportive entre deux équipes composées à l’origine par des soldats et des villageois et est jouée lors de la fête du nouvel an. Le Pilbong Nongak est composé d’un groupe de musiciens et de danseurs du village et font vivre la fête et la confrontation amicale par la musique et la danse.

2 'Go' ayant chargés l'un et l'autre
2 ‘Go’ ayant chargés l’un et l’autre
Ancienne représentation du Gossaum
Ancienne représentation du Gossaum

PRÉPARATION ET BUT DU JEU

Pendant toute l’année, les villageois fabriquent une longue structure en paille tressée dénommée ‘Go’, d’environ 10-15m de long, ayant 4 poutres circulaires d’un intervalle de 3m chacune. Chaque rangée est composée de 11 hommes (5 de chaque côté et 1 au centre) supportant leur poutre apposée sur l’arrière des épaules, c’est-à-dire, proche de la nuque. Chaque équipe porte un nom, soit Dongbu, soit Seobu, et est représentée par une couleur, soit bleue, soit rouge, visible sur les manches et la ceinture. Le chef de chaque équipe se trouve sur le ‘Go’ à l’avant pour mener le combat et ordonner aux hommes au sol la direction et la puissance à donner.

Le leader se trouve sur le 'Go' et lève son bras pour montrer son envie de combattre (je ne sais pas à quoi servent les bâtons, je recherche)
Le leader et son garde se trouvent sur le ‘Go’ et lèvent leurs bras pour montrer leurs envies de combattre (je ne sais pas à quoi servent les bâtons, je recherche)

Une équipe est composée en général de 70 jouteurs mais ceux qui se retrouvent à l’arrière (souvent des femmes) peuvent aider en poussant la queue du ‘Go’ mais également en remplaçant les personnes blessées ou fatiguées, ce qui change la largeur de l’équipe pouvant atteindre le nombre de 100 jouteurs. Par ailleurs, ils n’arrêtent pas de crier et de chanter pour la victoire. La zone avant du ‘Go’ en forme de boucle permet d’être utilisée comme ‘bélier’ (la queue donne un mouvement de va-et-vient pour pousser) et permet de grimper sur le ‘Go’ adverse. C’est donc bien sur ces deux structures en paille que la joute se donne. Le but du Gossaum est de faire tomber soit l’équipe adverse de leur ‘Go’ soit mettre le ‘Go’ à terre  (le combat peut se faire jusqu’à 4-5m de haut après l’accrochage entre les deux ‘Go’). La partie se termine quand le ‘Go’ a été mis à terre 4 fois. Malheureusement je n’ai aucune information concernant la date de création de ce jeu mais je peux vous affirmer que le Gossaum est originaire de la région du nord-ouest de la ville de Gwangju dans le Jeolla Nam Do.

danseurs et musiciens de Pilbong Nongak
danseurs et musiciens de Pilbong Nongak

CHANT ET DANSE

Le Pilbong Nongak est originaire du village de Pilbong-Ri dans le Jeolla Buk Do (entre Jeongeup et Imsil). Ce jeu vient d’un rite de prière chamanique principalement chantée pour souhaiter une bonne fertilité de la terre mais aussi accueillir les bons esprits de la forêt et de la montagne et finalement de nettoyer le village des mauvais esprits. La fête est donc accompagnée d’un groupe de Pilbong Nongak afin d’encourager les jouteurs à la bataille. Les preuves historiques de cette danse musicale permettent de remonter jusqu’en 1689. Je suis persuadé que les origines du Gossaum et du Pilbong Nongak sont bien plus anciennes (Trois Royaumes) mais je n’ai aucune preuve pour affirmer ce que j’avance pour l’instant. Le groupe de danseurs est composé d’environ 20 musiciens (parfois plus).

Thomas Galant

Sources:
Mes notes personnelles
Annals of the Joseon Dynasty

http://www.gossaum.com/

Source photos:
blog.daum.net
parasports.co.kr
www.homun.co.kr
www.namdokorea.com
www.kkoktuillust.com

Leave a Reply