Au bout de ma rue, il y a…

grand mère

 

MA PETITE GRAND-MERE COREENNE !

Cela fait maintenant deux ans que j’habite dans le quartier de Bulgwang, au nord-ouest de Séoul, un quartier assez populaire qui regorge de personnes âgées et d’alpinistes qui partent ou reviennent de leur ascension de Bukhansan. Au départ, je n’avais pas fait attention à cette personne que je croisais tous les matins en allant travailler. Ce n’est que lorsque je revins d’un voyage en France, le pied cassé, que celle-ci m’apostropha dans la rue. Inutile de vous dire que je n’ai absolument rien compris à ce qu’elle me disait, étant en éternel apprentissage d’un niveau basique en coréen. Cependant, avec ses gestes et ses expressions du visage, je compris qu’elle s’inquiétait de mon état. Je la rassurais de la même façon…

Depuis, chaque matin, elle est comme un petit rayon de soleil qui m’aide à bien commencer la journée. Elle attend, chaque matin, le bus avec ses collègues dans le renfoncement de l’entrée d’un immeuble, à l’abri du vent, du soleil, de la pluie, de la neige… Son sourire réchauffe mon cœur . Un jour, qu’elle ne fut pas ma surprise, lorsqu’elle m’offrit,rayonnante, un tube de dentifrice ! Un autre jour, des clémentines puis, des petits gâteaux, des carottes… des petits cadeaux modestes mais offerts avec tellement de simplicité et de gentillesse. Si je m’absente pour des vacances et qu’elle ne me voit plus, elle s’inquiète pour moi comme le ferait un membre de ma famille ou un ami. Elle me parle , toujours en coréen…

Je ne connais pas son nom, je ne sais rien d’elle si ce n’est qu’ elle a une fille aux États-Unis ( si j’ai bien compris) …Elle continue à me parler et moi, à baragouiner trois mots de coréen. Vraiment, que cela me fait du bien. Elle est devenue ma dame sourire, ma petite grand-mère, un repère..

Caroline Boullay

 

Leave a Reply